Now
Season
Les témoins

Les témoins

En August 2009
C'était l’été
Ref 232.23

Dans la librairie du forum de Saint Gratien, Lue et moi fouillons les images et les cahiers à colorier. Un homme passe, qui me fait penser à mon père, qui pourrait bien être lui finalement, et qui me fait assez de signes pour que je craigne le pire.
J’essaie de le mener à l’écart pour lui parler, sans que Lue ne le voie. Plus loin sur la place, nous avons une explication d’homme à homme. Il est clair, lucide, un peu abîmé par le voyage et l’enchaînement des paysages. Il mentionne une adresse, ce qui m’étonne au plus haut point. Je ne parviens pas à m’en souvenir maintenant que j’écris ces lignes.
Aucune de ses explications, pas une de ses histoires ne vainc mon refus. Il reste un homme hors de tout espoir de vie commune. Une longue liste d’événements et de négociations inabouties suivirent. Nous nous acceptâmes finalement, ce que j’avais secrètement désiré depuis le début, mais que je ne parvenais pas à réaliser. L’artisane de cette acceptation mutuelle, de la paix d’avec moi même, la petite Lue aux yeux de qui tant de fois j’avais voulu cacher cette déchéance, nous regardait tout ce temps de derrière les prolixes figures des cahiers de coloriage.
Paris, le 28 juillet 2008

Safari

Safari

En July 2009
C'était l’été
Ref 229.4a

Rêve cruciverbiste. Une longue grille perplexe avec des cases vides et des cases noires. En vertical, l’intitulé d’une ligne : A demande D et C demande B.
Paris, le 23 octobre 2007

Le trésor

Le trésor

En July 2009
C'était l’été
Ref 229.3a

Dante, Anthony, Lue et moi discutons dans le métropolitain.
Fin de festivité de fin de semaine. Entre deux stations, un homme, qu’habille une grande confiance, se lève et traverse la rame en disant très haut « ça ne prendra que quelques minutes ». Il n’est pas blanc. De sous un siège, il sort un sac puis descend à l’arrêt de la station.
Nous tous, voyageurs quotidiens du metropolitain, avons très peur, et croyons un peu à cette hypothèse évidente, grâce à la présence de toutes ses composantes : l’homme, le métissage, la rame bondée, un sac suspect, le dessous d’un siège, même si elles sont dans le désordre. Je me répète donc qu’il a fait l’action inverse d’un terroriste. Chacun se rassure à sa manière. Cependant la bombe que nous refusions explose derrière moi. Je me retourne, mais à part la fumée personne ne semble blessé. Une grande panique saisit le quai où le train parvient à s’arrêter à moitié.
Toutes les larmes de mon corps tombent sur la possibilité, même infime, que j’aie perdu Lue dans la tôle.
Anthony me rassure, et dans ses gestes je lis la conviction et non la vérité.
Vienne, le 16 mai 2008

They live in a perpetual summer of being themselves

They live in a perpetual summer of being themselves

En July 2009
C'était l’été
Ref 229.10a

Pour mettre fin à ces poursuites incessantes, ces lettres qui encombrent ma boîte et celles de mes anciens appartements de créances, de dettes, et de nouveaux projets, je décide de déménager à Rome, dans les buissons, où personne ne me trouvera, et où je trouverai le bonheur et la sérénité, comme les personnages de Dickens dont Chesterton disait qu'ils vivaient "dans un été perpetuel d'être eux-mêmes".
Zagora, le 27 août 2008

Un moment Claudia

Un moment Claudia

En June 2009
C'était l’été
Ref 229.1a

C’est Claudia qui conduit la voiture. Ma mère est sur les sièges arrières, moi je me demande, en regardant le dégradé des prairies par le pare-brise avant, dans quelle région de couleur peut bien se trouver la surprise où nous conduit Claudia.
Nous nous garons dans un ravissant village. Des maisons à bord de chemin d’où s’échappent des balcons et des fleurs. J’imagine admirativement quel prix cela doit coûter de posséder ne serait-ce qu’une concession de baraque à frite dans une si fertile colline. En équilibre sur le muret d’un jardinet, Claudia s’excuse «je ne suis pas parvenu à posséder une maison toute entière» dit-elle «mais ta mère pourra venir ici tant qu’elle le veut désormais», en montrant une série de fenêtres ouvertes sur deux pièces fraîchement redécorées, sur les hauts d'une maison partagée. Tout en essayant d’accepter que ce qui se passe parmi les parre-terres de coquelicot n’est pas un rêve, ma mère et moi faisons attention à ce que Claudia ne chute pas du muret. L’effort de conduite l’a visiblement affaiblie. Elle se tient un instant à la herse avant de trembler puis de tomber vers l’avant de fatigue. Je la rattrape et la porte à la voiture. Cette fois c’est ma mère qui conduit au travers de la vallée où le soleil se couche, en pressant avec ses jambes sur les pédales mécaniques. Claudia fait le voyage roulée sur les genoux, si jeune. Nous parlons de l’injustice.
Manapany, 14 janvier 2010