Une nuit, chez Roberto, à parler du poids des livres

Un photogramme de Kevin Obsatz en été 2007.

arrowprev
Une nuit, chez Roberto, à  parler du poids des livres Kevin Obsatz

Une nuit, chez Roberto, à parler du poids des livres

Parce qu’il est de plus en plus difficile de trouver un bon tireur noir et blanc pour la photographie, j’ai dû me tourner vers un vieil homme grisonnant, assez doué et radotant. Seulement voilà, il se déplace partout à Paris sur un haut tracteur flottant, empruntant les canaux de la Seine, tournoyant pour éviter les autres tracteurs lorsque l’inertie les rapproche dangereusement, et ses longues planches contact, qu’il me livre souvent enroulées en tubes, lorsqu’il me les ouvre sur le tracteur, prennent l’encre et finissent entièrement remplies de bleu, si je les laisse sur le marche-pied trop longtemps.Rome, le 16 août 2007

Plus d'images