Trastevere

Une photo argentique parmi 512 autres dans le Souvenoir.

arrowprev
La ligne d'horizon Trastevere

La ligne d'horizon

Plein été. Le plafond bas de la rue Rameau rend plus intime notre société. Soudainement, par la fenêtre de la cour, la pan entier de l’immeuble qui fait l’angle s’effondre. Je cris «Au mon Dieu non !», saisit par le compte à rebours qui nous pend au nez. Cet immeuble n’est pas le 7 bis, ce n’est pas l’immeuble d’en face, c’est bien mon immeuble, les mêmes poutres, les mêmes fondations. Impossible de nier l’avertissement d’un geste du bras, c’est le grand effondrement.
Dans toute la maison mes objets sont éparpillés, le sac même dans lequel il faudrait les empiler. Certainement l’embourgeoisement : je ne me satisfais plus dans ma fuite, contrairement à mes autres rêves catastrophiques, du léger Leica. Il me faut remplir le sac de caleçons, pulls chers, livres rares, négatifs photographiques. Mais je suis trop lourd, et par la fenêtre dont l’air chaud fait toujours danser les volets, je vois la ligne d’horizon basculer graduellement.
Paris, lundi 29 juin 2009

Plus d'images