Claire Bardainne

Une photo argentique parmi 512 autres dans le Souvenoir.

arrowprev
Claire Bardainne Claire Bardainne Paris

Claire Bardainne

Je regarde par le viseur du fidèle Leica. Il y a le cadre lumineux, qui trace les limites du 50mm, et le viseur à coïncidence au milieu, un peu plus clair et si précis, qui me dit à quelle distance je me trouve de ce que je cherche.La scène qui se déroule devant moi est très sombre, ou embrouillée. Je ne sais pas encore ce que je vise, mais, petit à petit, selon leur habitude, certaines formes se mettent à briller, je sens qu'il faut aller plus à gauche, ou m'approcher plus près, aller sous une lumière oblique. Mais, malgré tous mes efforts, je ne vois pas mieux ce que je vise, et je finis par me demander si ce n'est pas tout simplement le télémètre qui est sale, et qui brouille tout. Pour en avoir le coeur net, j'écarte mon œil (mon œil a perdu un peu de son acuité à force de viser, il lui faut une seconde pour faire le point sur l'oeilleton de l'appareil) et effectivement, avec un peu de distance, je vois mieux ce qu'il y a au travers du viseur.Mais je ne suis pas réellement satisfait, car, au travers du viseur, la scène que l'appareil voit représente le viseur, un peu caché par une tête qui vient de s’en écarter, et que j'ai rarement l'occasion de voir de derrière. Tout était noir, bien sûr, bien sûr, parce que ma tête était devant le viseur qui visait ma tête. Il faudra donc se résoudre à ce que le viseur voie ce que mon œil voit, ou plutôt, à ce qu’il n'y a jamais eu d'appareil photographique.Paris, le 22 octobre 2007

La subjectivité élargie Côme Hugon Claire Bardainne mvd

La subjectivité élargie

Dans un grand jardin avec un lac, des nénuphars et une terre meuble sous les pieds, toute la famille déjeune. Kevin a pris du recul, il nous envoie quelques mots pleins d’esprit depuis un petit lieu herbu d’où il espère ne pas avoir à trop parler Français. Moi je suis proche de Stéph et de Cécilou.
Côme est beaucoup plus maigre, dépouponné, c’est un petit homme aux yeux magnifiques, aux traits singuliers. Fierté de Stéphane. Ce sera un adulte d’une beauté remarquable. Parmi ses nombreux balbutiements et babillages, j’entends une phrase parfaitement construite. Cela m’oblige à compter à l’envers les semaines depuis sa naissance, inquiet de tant de grandeur.
Marrakech, le 22 août 2008

La Route du Sanglier Vincenzo Susca Claire Bardainne Ostia

La Route du Sanglier

A l'ouest de Rome, près de la plage d'Ostia, il y a une pinède qui est la plus grande pinède. On y est rentré en voiture, on a enlevé la capote et on a avancé lentement les phares éteints, sur une petite route ou une trace de route qui s'appelait la route du Sanglier.J'ai vu une étoile filante, très billante comme un morceau de satellite, et quand on s'est arrêtés, dans la forêt on entendait la mer plus que le bruit des arbres.

Plus d'images