Les mauvais buissons et la montagne patiente

Un photogramme pris à La Réunion en hiver 2009.

arrowprev
Les mauvais buissons et la montagne patiente La Réunion

Les mauvais buissons et la montagne patiente

Natalie, dont la beauté n'a jamais véritablement ressemblé à la mienne, m'invite finalement à la croiser à Rome, dans une chambre d'hôtel gentille, un peu pêche, à condition que je tolère la présence d'un monsieur gras, au catogan éparse et aux intérêts évidents. Sans doute parce que, quelque part en moi, subsiste le fourvoiement que les gens doivent être sauvés d'eux-mêmes, j'accepte le pacte et commence mon voyage. Cependant, parvenu à la chambre d'hôtel, je n'arrive plus à mettre le doigt sur ce qui m'a fait venir ici. La vue du gros monsieur gras, qui évente ses connexions et ses promesses comme des billets de banque, et Natalie qui marche autour du lit en envisageant les rideaux les yeux complices, me font serrer des poings.
— "Viens, Natalie", lui dis-je", j'ai une maison ici, allons-y maintenant, arrêtons cette atrocité. Tu n'y seras pas plus riche, mais il fait tiède, et les âmes sont sincères".
— "Reste quelques jours", répond la candeur continentale de Natalie, "peut-être que tu comprendras".
Je n'arrive pas répondre mieux que ça : "demain soir, dernière chance, retrouve-moi chez moi. Je t'attendrai encore un jour. Mais je sors de cette chambre". Pendant ce temps, le gros monsieur tapait l'air dégagé sur son ordinateur ce qui me frappa tout à coup comme étant des emails. En relevant l'adresse des destinataires, je vis aussi que mon nom figurait dans le corps d'un texte, qui, en substance, s'excuse de ce que "les frasques de Michaël V. Dandrieux, qui au début ne posèrent que peu de soucis, ont violemment empiré et sont la source de tous nos retards et de grandes souffrances. Il est venu ici et a causé des problèmes".
— "Comment peux-tu tolérer, lançais-je à Natalie, qu'on utilise mon nom pour mentir ? Lis, lis, c'est simplement un mensonge, la personne avec laquelle je te laisse est en train de faire de moi quelqu'un de mauvais que je ne suis pas, et s'apprête à utiliser publiquement cette invention."
Voici ce que Natalie, très calmement, me répondit : "tu habites ici, à Rome, dans un quartier un peu bobo, et à Paris... C'est vrai que ce n'est pas standard..." Moi, en souffrant que vous deux, abandonnés dans la porte qui claque de mon rêve, ne soyez pas les premiers cette année 2010 à m'avoir fait subir ça, à agiter pathétiquement les mauvais buissons de vos petits arrangements pour cacher la montagne qui est là et qui patiente, je songe en anglais que one should never underestimate the power of self dilusion.
Paris, le 24 octobre 2010

Plus d'images