Le moment où un homme sait qui il est

Un photogramme pris à La Réunion en hiver 2009.

arrowprev
Le moment où un homme sait qui il est La Réunion

Le moment où un homme sait qui il est

J’adore cuisiner au gaz. Je me promets que si, en déménageant, mon nouvel appartement est équipé de plaques électriques, je les ferai substituer par des arrivées de gaz.
En rentrant chez moi ce soir là, j’ai voulu me faire un thé. Je me trompe systématiquement de poignée à tourner sur la console, et ce soir là, comme tous les autres, il me fallut deux ou trois tentatives pour trouver la poignée qui correspondait au bon feu. Seulement j’avais aussi tourné toutes les autres : sans doute l’une d’entre elles était la cause du sifflement que j’entendais, et qui indiquait une fuite. Je tentai donc d’aligner toutes les poignées avec leur indicateur d’origine, pour repartir de zero, mais elles me semblèrent tourner dans le vide. Lors d’une fuite de gaz, les hommes de métier consomment l’oxygène alentour en créant artificiellement une explosion. Je me mis en tête d’allumer le feu tant que le gaz était contenu dans la petite cuisine, pour consommer le gaz avant qu’il ne s’accumule. Mais le sifflement se déplaçait narquoisement d’un feu à l’autre : impossible de savoir où approcher l’allumette. Le temps s’accumulait contre moi.
Heureusement, il me restait l’arrivée manuelle de gaz qui alimentait l’appartement. La poignée était fragile à la main, mais elle fonctionna et coupa le sifflement. Pour être bien certain que mon plan avait fonctionné, je repris la manette a pleine poignée, je réenclenchai le gaz puis je le coupai de nouveau. A ce moment là le gond d’arrêt de la poignée céda et le tuyau distribua tout son gaz sous pression.
Je vérifiai d’un coup d’oeil survivant les possibles productions de flamme. Il ne me restait que quelques minutes avant que tout explose.
En courant dans ma chambre, je rassemblai mon trésor : le Leica et une copie inédite de la Candeur des Monstres. A chaque étage, je frappai pour réveiller les voisins en criant «gaz ! gaz !». L’un des voisins, qui comptait gagner un peu de temps de sommeil me suggéra de remonter pour couper l’alimentation extérieure de l’étage. C’était ingénieux, mais j’avais un peu peur de remonter, et il faudrait sûrement l’aide d’une échelle maintenant que le paysage abandonné à lui-même avait évolué sauvagement.
En même temps ce n’était pas une si mauvaise manière de me faire pardonner du danger que je faisais courir à tous ces braves gens, à cause d’une tasse de thé. D’autant plus que j’avais oublié mon sachet dans la cuisine, et que sans lui, même si j’arrivais à sauver l’immeuble, ça serait comme si je n’avais rien fait. On m’apporta une échelle.
Paris, 15 fevrier 2008

Plus d'images