La transition d’un rêve à la veille est un balayage progressif

Un photogramme en printemps 2011.

arrowprev
La transition d’un rêve à la veille est un balayage progressif

La transition d’un rêve à la veille est un balayage progressif

Dans mon rêve, j’ai les cheveux un peu longs, comme lorsque j’avais vingt ans. Je peux voir mes mèches devant mon visage, passer ma main le long de mon front et remonter une masse lisse en arrière, en m’enfonçant doigt après doigt. Je sais que ce n’est pas moi car je ne suis pas comme ça. C’est mon rêve. Mais c’est doux et je décide d’en profiter. Puis je décide de conduire une expérience. Puisque je sais que je rêve, je plaque mes cheveux devant mes yeux et je les tiens fermement et je choisis de me réveiller. J’ouvre les yeux d’un coup pour voir quel sentiment on éprouve lorsque le rêve devient la veille, je veux savoir comment mes cheveux vont disparaître. D’abord, puisque je ne vois rien a cause des cheveux, je ne me réveille pas complètement ; c’est exactement ce qu’il fallait. Je bascule sur mes fesses pour m’asseoir et seulement alors mes cheveux se rétractent en caressant mes doigts. Apparaît le décor de la chambre entre les petits trous de mes mains. «La transition d’un rêve à la veille est un balayage progressif» pensé-je.
Je me lève donc ce matin et commence ma journée, et voilà ce qui se passe : il y a plusieurs objets inattendus dans la cuisine que pourtant j’avais rangé hier, où que je ne reconnais pas. Le secrétaire de la chambre d’ami est décollé du mur. Un petit ordinateur de forme inconnue est posé sur le lit avec un clavier italien. C’est sans doute Giovanni qui est arrivé plus tôt que prévu (il devait venir ce soir), et finalement je le vois dans le salon accompagné de Ben. Ces deux là ne se sont jamais vu. Immédiatement je me résous : en quelques secondes, je viens de vivre un condensé d’étrangeté. Le rêve me montre avec insistance qu’il est encore là, il me le dit de toutes ses forces, sans s’embarrasser d’un système de symboles, il vient de n’être que pure forme ; et je comprends que, pris de remord pour m’avoir joué un tour (j’ai rêvé que je me réveillais) il craint maintenant pour moi que, pensant être véritablement éveillé, je ne fasse une bêtise ! C’est donc seulement la transition du rêve au rêve qui est un balayage...
Rêvé à Paris 11 janvier 2012

Plus d'images