Godot ?

Un photogramme de Jessica Rosselet en printemps 2006.

arrowprev
Godot ? Jessica Rosselet

Godot ?

Il y a ce tour, le tour peut-être le plus fameux de la littérature, plus fameux que celui joué par Ulysse au Cyclope Polyphème. Le Cyclope était entré dans la grotte où se réfugiaient Ulysse et ses compagnons et il avait mangé plusieurs hommes. Ulysse lui parle avec bravoure et aussi de l'effronterie, puisqu'il lui propose du vin après la viande humaine qu'il a mangé. Il s'agit bien sûr de ses compagnons. Le Cyclope lui demande son nom et, tout le monde a entendu cette histoire, Ulysse répond "mon nom le plus connu, c'est personne". Et bien ce tour qu'Ulysse joue au Cyclope est beaucoup moins beau que celui d'Abraham (Gen.18.24), parce qu'Abraham jour un tour à Dieu lui même, qui est plus difficile à berner qu'un géant avec un seul oeil.Dieu révèle à Abraham qu'il va détruire Sodome. Il dit "le cri contre Sodome et Gomorrhe s'est accru, et leur péché est énorme". L'intercession d'Abraham en faveur de Sodome est un dialogue avec Dieu au cours duquel Abraham dit qu'il y a peut-être cinquante justes dans la ville, et que détruire les justes parmi les pêcheurs est une manière d'agir qui est "loin de toi", qui n'est pas dans les habitudes de Dieu. L'Eternel le concède. Pour cinquante justes, il ne détruira pas la ville. Ici commence une série de négociations sur le nombre de justes au dessus duquel l'Eternel épargnera la ville. Abraham parvient à obtenir le nombre de 10, en étant parti de 50 et même s'il retourne humblement dans sa demeure, le lecteur sait qu'il s'est bien joué de Dieu.Les justes de Sodome sont une métaphore très ancienne et assez répandue, qui parle les puissances cachées qui animent toutes choses et qui ne nous seront jamais révélées. Max Brod apporte une variation sur cette métaphore. Dans le Talmud, il est question des 36 justes qui accueillent la présence divine. Si un seul de ces 36 hommes venait à manquer, le monde se terminerait. En Hébreu, trente se dit lamed et vav veut dire 6. On les appelle ainsi les Lamed-vav Tzadikim, les 36 personnes. Ils ne se connaissent pas, ils ne savent rien du chiffre 36, et si l'un d'eux venait à apprendre qu'il est l'un des 36 justes, la tradition dit qu'il mourrait et qu'un autre viendrait prendre sa place. Il existe une manière de savoir qu'un homme n'est pas l'un des 36 justes. Lorsque vous entendez quelqu'un dire qu'il est l'un des 36 justes, il est presque certain qu'il n'en n'est pas un.Les justes sont aussi appelés les Nistarim, ceux qui sont cachés, parce qu'on ne les verra jamais, et qu'ils peuvent être n'importe qui. Borges mourrait cinq ans après avoir écrit ce poème, qui s'intitule Les justes :Un homme qui cultive son jardin, comme le souhaitait Voltaire.Celui qui est reconnaissant à la musique d'exister.Celui qui découvre avec bonheur une étymologie.Deux employés qui dans un café du Sud jouent une modeste partie d'échecs.Le céramiste qui médite un couleur et une forme.Le typographe qui compose bien cette page, qui peut-être ne lui plaît pas.Une femme et un homme qui lisent les derniers tercets d'un certain chant.Celui qui caresse un animal endormi.Celui qui justifie ou cherche à justifier le mal qu'on lui fait.Celui qui est reconnaissant à Stevenson d'exister.Celui qui préfèrent que les autres aient raison.Tous ceux-là, qui s'ignorent, sauvent le monde.

Plus d'images