Feiliszschstraße. Chacun son chat.

Un photogramme pris à München en automne 2009.

arrowprev
Feiliszschstraße. Chacun son chat. München

Feiliszschstraße. Chacun son chat.

Dans l’appartement qui encadre ce premier tableau, se préparent les décisions déterminantes des événements qui suivront. Je ne me souviens clairement que d’une masse de monde, peut-être attendant, peut-être dansant. Certainement des filles, des amitiés abandonnées ou oubliées, des souvenirs. Une demande inattendue de Stéphanie, dont je parviens à lier étroitement la réponse avec la direction de mon destin, m’emmènera dans un long voyage à destination inconnue. Tous les lieux que je n’ai pas visités sont les mêmes lieux, comme le Maroc qui m’attend, ou le Vietnam interchangeables.
Par la portière coulissante grande ouverte de l’hélicoptère, nous survolons le Vietnam. Une main fermement accrochée à une lanière de cuir, l’autre main sur le docile Leica, je regarde l’altération du paysage. Derrière, Stéphanie parle avec un impromptu. Leur ton est le ton des comédiens qui se connaissent, qui jouent ensemble, qui se sont embrassés, aimés, hais et soupçonnés sur scène, et qui ont oublié que c’était sur scène. Ils se disent tout comme de vieux amants. Il lui parle de moi, me décrit par la négative, dit que je ne suis pas laid. Dès lors je n’aurais plus d’attention que pour le ralentissement des pales du rotor, qui me permettrait de parler à ce type, et de lui faire entendre le fond de ma voix, où se trouve qui je suis.
Dans une petite rue à la tombée de la nuit, Stéphanie et moi, enfin débarrassés du cancrelat, jouons à être amoureux. L’innéchapable regard dans le regard qui dit le contenu d’un vieux fleuve, sous les lampadaires multicolores.
Une vaste porte cochère que nous poussons par hasard ferme une sorte de pensionnat si vieux que des archéologues le parcourent en espérant. Je serre Stéphanie dans mes bras, «regarde», lui dis-je, «je vais te montrer mon secret», et nous nous envolons doucement jusqu’en haut du grand escalier.
Nombreuses aventures dans ce lieu. Un trésor pour les archéologues, un mystère en mouvement entre les murs, un jeu des masques qui révèle que chaque personnage n’est pas ce qu’il essaie d’être. J’oublierai mon chapeau blanc en sortant, et je le retrouverai plus tard, avec l’idée d’une vaste bienveillance à mon égard, car il sera neuf et plié (étrangement plié, magiquement plié) et cependant il continuera de m’aller.
Il y a les lignes de bus internes : la nuit, le 21 et le 27 qui vont chez Alice, le jour, le 21 et le 27 qui vont chez Maffesoli, le 29 et le 20 qui allaient chez Lue, le 39 et le 95 d’Eranos ; et il y a les lignes qui amènent et qui envoient les voyageurs internationaux vers les aéroports. Ces bus sont les mêmes bus, mais dans les seconds, le bronzage, les anecdotes, les valises disent que c’est déjà ou encore le voyage, et Paris qui défile est un décor, transitif comme la Pampa ou la Molise. Dans le bus, de retour à Paris, accroché par le devant à mon sac à dos, un homme me parle par dessus l’épaule des divers faits de la ville de la déstitution d'untel, du plan de conquête d'un autre, comme si, pour lui, je n’avais jamais quitté ce bus, sans respect pour mon voyage ou sans espoir que j’aie voyagé. De même que ceux de mon voyage, les plis de ce chapeau qui me va si bien sont comme si ils n’étaient jamais arrivés.
Paris, le 3 août 2008

Plus d'images